article

Formation Méthode Busquet, Témoignages des 2 kinésithérapeutes Marie et Martine

Formation Méthode Busquet, Les chaines musculaires.

Témoignage de Marie , kinésithérapeute ayant terminé la formation Busquet depuis 3 ans et le témoignage de Martine qui est en cours de formation Bonjour à tous, bienvenue nous sommes ce soir au bord du lac de Neuchâtel, en Suisse, et on sort d’un séminaire pour la méthode Busquet.

On a la chance d’avoir deux participantes pour la méthode, à savoir Marie qui a fini l’ensemble de la formation et Martine qui pour l’instant, a fini les quatre premiers séminaires, à savoir la première partie. Le premier module de la formation.

Si vous voulez vous présenter brièvement

Marie : Je pratique la méthode depuis trois ans et j’avoue que cela a complètement changé ma manière de travailler. Je prends des patients sur une heure et j’ai des résultats qui sont vraiment très intéressants. Je continue à me former et à essayer d’améliorer la technique, mais toujours en rapport avec la vision des chaînes qui a vraiment changé mon travail. Les patients ont adhéré facilement à ce changement de pratique.

Martine : Je viens de Strasbourg.

J’ai fait des remplacements pendant plus de deux ans, un peu partout en France. A à chaque fois, il y avait une ou deux personnes dans le cabinet qui travaillaient avec la méthode Busquet (Formation kiné) et je me rendais compte qu’il y avait beaucoup plus de résultats et plus rapidement. Cette méthode est vraiment une autre approche. Le fait que ce soit une formation longue, mise sous deux fois trois jours, à chaque fois sur deux semaines est très bien car on ne perd jamais une semaine entière et on arrive à caler tous les patients.

C’est vraiment pratique. Du ce fait, on ne ressent pas que la formation est longue car le format est bien pensé. Le fait d’avoir séparé la formation en deux parties (deux modules) de quatre premiers séminaires de trois jours pour les chaines musculaires et les quatre suivants pour les chaînes conjonctives viscérales (où sont abordées toutes les cavités) est très bien pour les apprentissages.

Dans le premier module on aborde déjà le diaphragme, ce qui débloque quand même pas mal de choses dés le départ . Je me rends compte que même avec les quatre premiers séminaires , on peut vraiment faire pas mal de choses, pas mal de résultats satisfaisants par rapport à avant.  » Et au niveau coordination, la répartition théorique-pratique, vous convient elle? »

La partie théorique est riche, mais toujours toujours liée à la pratique. On n’a pas des tonnes de théories par rapport à cette pratique. Il n’y a pas de moments d’ennui. Le support est très bien. Les livres, notamment, sont vraiment très bien faits. François Boileau : « Je suis enseignant dans la formation. Est ce que ça vous plait qu’il y ait toute une équipe pédagogique composée de personnes différents?  »

Réponse : « C’est une richesse.

Chaque professeur a un abord complètement différent pour mettre en place des idées.

Tu as des interactions qui se font toujours plus facilement, avec des tempéraments différents, il y a toujours quelque chose à apprendre. Cela rend la formation riche humainement . »

La formation, honnêtement, au début, c’est vraiment une tout autre approche. En fait, tout est lié. On a vraiment pas l’habitude de travailler comme ça. C’est vraiment différent. Et puis aussi, pour la mise en place des patients, ils viennent pour un traitement épaule et on commence à traiter le diaphragme. Il y a des questions qui se posent après la deuxième séance, quand ils viennent et qu’ils n’ont plus de douleur à l’épaule alors qu’ils avaient mal depuis deux ans. Cette approche nous remet totalement en question dans notre pratique L’ abord de la tête aux pieds est amené de façon extrêmement ludique , facile. La manière dont cela est abordée , ça coule, c’est logique.

Formation qui développe la main sur les techniques de détente. C’est une méthode concrète qui fonctionne.

Bénéfices du praticien au quotidien

Vos nombreux témoignages nous encouragent et nous galvanisent car à travers ceux-ci nous savons que la méthode vous a apporté un nouveau regard sur votre profession, une autre prise en charge du patient. D’un métier analytique, sectionné, la méthode vous a permis d’aborder la globalité. De soigner non pas une cheville, une épaule mais avant tout un PATIENT. Cette méthode transforme l’approche thérapeutique et éveille toujours notre réflexion face à un patient unique. Cette vision globale du corps humain à travers des circuits anatomiques analysées à chaque patient, avec un traitement spécifique demande de la synthèse et de la connaissance. C’est cela qui rend notre métier passionnant au quotidien. Une méthode logique facile d’utilisation grâce au merveilleux outil qu’est la MAIN du thérapeute.

Les objectifs de la méthode

L’objectif de la méthode est d’analyser le fonctionnement global biomécanique du patient, ses réactions d’adaptation et son entité bio-psycho-sociale afin de lui proposer un traitement et des conseils adaptés et individualisés en fonction de multiples facteurs.

Nous réalisons une anamnèse qui via des questions ouvertes permet de connaitre les différentes caractéristiques de sa douleur, ses antécédents médicaux, l’environnement dans lequel il évolue ainsi que ses attentes…
Cette anamnèse est complétée par un examen statique, dynamique, viscéral, neuro-vasculaire, clinique en vue d’établir un diagnostic, une synthèse selon les chaînes physiologiques.

La méthode Busquet étant une analyse logique elle permet d’expliquer de façon simple au patient notre cheminement. Il lui est proposé ensuite une stratégie thérapeutique. Cela a pour but d’avoir un consentement éclairé et d’augmenter l’adhésion, l’auto efficacité du patient au traitement. En effet le patient est un partenaire actif de notre traitement.
Suite à la séance nous lui donnons des conseils adaptés, qu’il pourra mettre en place chez lui facilement pour continuer le traitement, l’optimiser et avoir des clefs pour atteindre les objectifs fixés ensemble.

La relation contenu-contenant et la méthode des chaînes physiologiques – La posture d’un enfant qui a mal au ventre

Avez-vous déjà observé la posture d’un enfant qui a mal au ventre, qui a des spasmes intestinaux ?
Il se plie vers l’avant , appuie les mains sur l’abdomen, fléchi les hanches et les genoux, positionne les cuisses en adduction et rotation interne.

Chez l’enfant qui a des spasmes viscéraux, quand il y a une douleur spastique, on va inhiber l’information nociceptive en s’enroulant autour de celle-ci. Afin de trouver du confort, les chaînes musculaires vont s’adapter en diminuant le volume de la cavité abdominale. Il y a une sur programmation des chaînes musculaires de flexion et des chaînes musculaires de fermeture. Dans cet exemple, le contenant musculaire s’est adapté aux spasmes viscéraux, à la douleur.

Cela vous interpelle ? vous intéresse ? Vous avez des patients lombalgiques qui ont aussi des troubles fonctionnels viscéraux ? Des patients dorsalgiques avec des problèmes respiratoires.

A chaque patient, il y a une histoire différente, un traitement et des conseils personnalisés 

C’est passionnant… …. Rejoignez nous…  

La relation du contenu-contenant et la méthode des Chaînes Physiologiques Busquet – Le cas de la femme enceinte

Avez-vous déjà observé la posture d’une femme enceinte ? Ou celle d’un enfant qui a mal au ventre ? Leur point commun ? Le contenant musculaire s’est adapté au contenu viscéral. Dans le cas de la parturiente, le corps doit laisser de la place au fœtus. Les chaînes musculaires vont s’organiser pour adapter le volume du contenant à l’augmentation du volume du contenu. Les chaînes musculaires amplifient la lordose de la colonne lombaire, la paroi musculaire antérieure se détend, les iliaques s’ouvrent. Cette ouverture iliaque se répercute au niveau des membres inférieurs qui se positionnent en abduction et rotation externe. Les chaînes musculaires se sont adaptées à l’augmentation du volume fœtal pour conserver le confort, l’équilibre et l’homéostasie.Il y a une surprogrammation des chaînes musculaires d’extension et des chaînes musculaires d’ouverture.

Magazine L’OSTEOPATHE N°43 Janvier/ février/ mars 2020

Les chaînes physiologiques . Retrouver l’équilibre dans le relâchement
La méthode Busquet vous connaissez? Souvent plébiscitée par les kinésithérapeutes en recherche d’une approche globale, elle est également appréciée des ostéopathes. Quelle est la spécificité de cette méthode et comment l’intégrer dans une stratégie thérapeutique holistique?

Pour avoir accès à l’article

Interaction entre SAOS et chirurgie orthognatique

Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil est devenu incontournable en médecine Cet article scientifique a été écrit par un chirurgien maxillo-facial, pneumologue, spécialiste en ODF, pneumo-pédiatre et ORL. La prise en charge des pathologies apnéique et orthognathique étant forcément multidisciplinaire, un point sur les traitements associés leur a paru également nécessaire. Il y est observé que l’adaptation posturale jour un rôle dans les syndromes d’apnées obstructives du sommeil . La méthode Busquet des chaînes physiologiques a toute sa place dans le traitement de ce syndrome mais aussi au niveau de la prévention. article interactions entre SAOS et chirurgie orthognathique.compressed